« Nous sommes clairement en faveur de la vaccination, mais nous sommes opposés au passe sanitaire tel qu’il est », affirme Jacques Lager, le nouveau secrétaire général de la fédération Interco CFDT, le 23 août 2021, dans une interview à AEF info, à propos de la mise en œuvre de la loi de gestion de la sortie de la crise sanitaire (1). « La menace de la sanction n’est pas le moyen le plus efficace de convaincre » les agents territoriaux. Interrogé sur la réforme à venir de la protection sociale complémentaire, il rappelle que la CFDT est favorable au conventionnement et à l’adhésion obligatoire des personnels aux contrats collectifs proposés par leur employeur.

Pour Jacques Lager, le nouveau secrétaire général de la fédération Interco CFDT, l’exécutif aurait dû prendre le temps de consulter les syndicats avant d’étendre le passe sanitaire Droits réservés – DR – CFDT

AEF info : La loi du 5 août 2021 a rendu obligatoire le passe sanitaire pour les soignants dès le 9 août. Il sera étendu le 30 août aux agents de la culture et du sport (musées, bibliothèques, gymnases…) (lire sur AEF info). Soutenez-vous cette mesure mise en place par le gouvernement pour faire face à la 4e vague de coronavirus ?

Jacques Lager : Nous sommes clairement en faveur de la vaccination car elle a fait ses preuves, mais nous sommes opposés au passe sanitaire tel qu’il est. Le gouvernement aurait dû prendre le temps de consulter les syndicats avant de présenter son projet de loi et le faire adopter en quelques semaines à peine. La menace de la sanction n’est pas le moyen le plus efficace de convaincre les agents réticents de se faire vacciner, en particulier ceux qui étaient en première ou deuxième ligne pendant le confinement. N’oublions pas que ce sont eux qui ont permis de maintenir les services publics depuis le déclenchement de la crise.

« Les employeurs territoriaux doivent privilégier l’écoute et la pédagogie, en accompagnant au maximum les personnels dans leur démarche de test ou de vaccination. »

Les employeurs territoriaux doivent privilégier l’écoute et la pédagogie, en accompagnant au maximum les personnels dans leur démarche de test ou de vaccination. C’est le seul moyen de faire accepter le dispositif.

En outre, la question du contrôle des usagers par les personnels pose de vraies difficultés dans certains lieux, comme les bibliothèques. Les bibliothécaires estiment que ce n’est pas leur rôle de contrôler les usagers et certains ont décidé de se mettre en grève comme à Grenoble.

AEF info : Les décrets d’application de l’ordonnance du 17 février 2021 sur la protection sociale complémentaire sont en cours de discussion entre les employeurs et le ministère de la Fonction publique (lire sur AEF info). Quelles sont les attentes d’Interco CFDT sur le sujet ?

Jacques Lager : Nous revendiquons une équité entre agents, quel que soit leur lieu d’exercice sur le territoire. Le principe de libre administration des collectivités locales appliqué aux ressources humaines nous paraît dommageable. Certaines petites villes proposent déjà de financer la couverture santé ou prévoyance de leurs agents, tandis que des métropoles ou départements ne le font pas. Cela montre bien que la PSC ne dépend pas de la taille de la collectivité, mais résulte d’un choix politique.

Par ailleurs, nous défendons la mise en place de conventions de participation sur la PSC entre les collectivités et les mutuelles ou les sociétés d’assurance. L’adhésion obligatoire des agents sur les risques santé et prévoyance nous paraît également être la meilleure solution pour obtenir des tarifs avantageux et couvrir au mieux les personnels.

AEF info : La CFDT a signé l’accord national du 13 juillet 2021 sur le télétravail. Où en sont les collectivités en matière de déploiement de ce mode d’organisation du travail ?

« Nous serons vigilants sur le maintien des temps collectifs.

Jacques Lager : Les situations sont très disparates d’un territoire à l’autre. Nous espérons que cet accord permettra au maximum d’agents qui le souhaitent de télétravailler, sans que cette décision soit soumise à l’arbitraire de leur employeur. Toutes les collectivités doivent réfléchir aux activités qui sont télétravaillables. Or, certains encadrants et élus locaux sont encore réticents vis-à-vis de cette forme d’organisation du travail. Il y a un besoin urgent de mieux former les cadres au management à distance, qui est fondé sur la confiance. Les concours actuels n’évaluent malheureusement pas les qualités liées à l’encadrement des agents.

Nous serons aussi vigilants sur le maintien des temps collectifs pour préserver la cohésion des équipes. La visioconférence ne remplace pas tout ! Il est quasi impossible de monter des projets à plusieurs à distance. S’agissant de frais de télétravail, le gouvernement invoque là aussi la libre administration des collectivités pour ne pas rendre obligatoire leur remboursement. Nous le déplorons car, pour nous, ce type de mesure doit être décidé au niveau national.

AEF info : Dans un an et demi auront lieu les élections professionnelles dans toutes les administrations. Comment comptez-vous convaincre les agents territoriaux de voter pour votre syndicat ?

Jacques Lager : Une des forces de la CFDT est sa capacité à élaborer des propositions. Pour nous, négocier au maximum avec les « patrons » est indispensable pour obtenir des améliorations dans le quotidien des agents. Nous ne sommes pas dans la co-gestion. Quand une décision est prise par une collectivité, nous voulons que cela se passe le mieux possible.

Contrairement à ce que certains pensent, nous croyons au rapport de force, tant qu’il est jouable. Dire non à tout et pratiquer la politique de la chaise vide sans apporter de propositions ne fonctionne pas. Plus largement, nous ne sommes pas corporatistes, donc nous souhaitons être présents dans le maximum de collectivités et représenter le maximum de métiers.

(1) Jacques Lager a succédé à Claire le Calonnec comme secrétaire général d’Interco CFDT lors du congrès de Dijon organisé en juin 2021 (lire sur AEF info). Il était depuis quatre ans secrétaire national de la fédération en charge de l’organisation interne et du secteur de l’eau et de l’assainissement. Ingrid Clément, assistante sociale au département de l’Aube, a, elle, été nommée secrétaire générale adjointe.

Laisser un commentaire