Une OATT expérimentée et appréciée

Trois crèches supplémentaires ont expérimenté l’OATT sur 37h30. Les retours des agents sont majoritairement positifs : amélioration de l’organisation du travail dans les temps de tension, satisfaction d’avoir plus de jours pour récupérer. Certains agents regrettent que ces jours puissent être annulés au dernier moment.
Comme l’avait déjà obtenu la CFDT en 2016, un poste d’auxiliaire de puériculture va être créé. La CFDT sera attentive à ce que ce poste pallie les absences liées aux RTT et non les autres absences (comme les maladies) pour éviter de nouvelles frustrations et tensions.
Nous serons attentifs à ce que tous les agents soient gagnants avec l’OATT, les agents s’occupant des enfants comme les agents techniques, certains souffrant d’un plus gros fractionnement de leurs tâches.

Un pool de remplacement RENFORCÉ qui souffre toutefois d’un manque de reconnaissance

La DRH vient d’annoncer aux organisations syndicales que le pool des itinérantes serait renforcé à hauteur de 10 postes en 2018 et 10 postes en 2019, pour remplacer les postes de contractuelles. Ce renfort du pool de remplacement par des postes de titulaires est une revendication forte de la CFDT. La CFDT a renouvelé cette revendication auprès de la directrice de la DPE, en décembre dernier. Ce renfort permet à la fois d’offrir des emplois stables et de soulager le travail des équipes. Les conditions de ce renfort seront discutées lors de la prochaine réunion du 19 avril 2018 avec la DRH.
La CFDT va aussi porter les revendications spécifiques des auxiliaires de puériculture du pool itinérantes : pour qu’elles soient considérées comme des agents statutaires à part entière avec les mêmes droits que les autres dans la prise de temps partiel ou l’attribution des postes en juin ainsi qu’une plus grande transparence dans le dispositif.
Une demande de la CFDT est également en cours pour que les AP ZUS puissent bénéficier d’une indemnité compensatrice pour l’usage de leur véhicule personnel afin qu’elles puissent se déplacer dans une autre crèche que celle de rattachement, comme d’autres agents à la Ville de Rennes et Rennes Métropole en bénéficient.

Mieux prendre en compte l’usure physique et psychologique des agents

Tendinites, capsulites, hernies, … les maux sont nombreux pour les agents travaillant en crèches entrainant douleurs, arrêts, interventions chirurgicales et reconversions professionnelles forcées.
De nombreuses solutions ont déjà été adoptées, souvent à l’initiative de la CFDT, pour prévenir ces troubles musculosquelettiques : suivi renforcé à la médecine du travail, nouveaux équipements plus ergonomiques, formations…
La CFDT souhaite que d’autres pistes d’amélioration concernant les agencements dans les crèches et positionnement de l’adulte face à l’enfant, présentées individuellement aux agents en formation puissent faire l’objet de réflexions collectives. Des solutions types échauffements collectifs sur le temps de travail pourraient être étudiées également pour prévenir l’usure
physique.
Concernant les problèmes sonores, générant fatigue, stress et souvent perte d’audition handicapante pour la vie professionnelle et personnelle, une rencontre avec la médecine du travail est prévue pour faire un état des lieux des dispositifs (suivi médical des agents, équipements de contrôle, mesures du bruit,…) en cours afin de les améliorer.
Des études ont eu lieu par des chercheurs, des solutions préventives sont à envisager dès à présent. En tout cas un plan de prévention et de solutions contre l’usure professionnelle devrait être contracté avec l’ensemble du personnel, dans la logique de l’après et de la continuité de journée pédagogique sur le bien être des agents en 2017.
La CFDT a fait des propositions à l’administration pour aller plus loin : donner aux professionnelles les outils et droits nécessaires pour anticiper une reconversion professionnelle réussie (droits renforcés en formation, critères locaux de pénibilité,…), améliorer le déroulement de carrière des agents actuellement en reconversion, qu’ils soient dans le dispositif RH ou celui spécifique à la DPE.
La CFDT souhaite également que des moyens supplémentaires soient donnés aux agents qui se sentent de plus en plus démunis pour accompagner les familles en difficulté.

EJE des unités : plus de moyens pour exercer leurs missions

Donner les moyens aux EJE des unités d’exercer leurs missions de management de proximité et de partenariat fait partie des priorités de la CFDT pour les crèches : du temps hors encadrement, des formations collectives et adaptées sont des propositions construites avec les agentes et que porte la CFDT auprès de la DRH et de la DPE.

La CFDT est à l’écoute des agents concernant d’autres préoccupations qu’elle fait remonter à l’administration : accès à internet, accompagnement des équipes et des agents accueillant des enfants porteurs de handicap, délai de carence de trois semaines pour les absences prévisibles, OATT pour les cuisiniers et cuisinières.
Défendre les spécificités, les responsabilités, compenser les contraintes (horaires, usure physique et psychologique) sont les priorités et les des actions au quotidien des militants CFDT. Elle sera un acteur éclairé et insistant de l’expertise en cours sur les conditions de travail.

Télécharger l’intégralité du tract Temps de travail dans les crèches

 

Laisser un commentaire