Les discussions sur le déroulement de carrière des agents de maîtrise se sont ouvertes juste avant l’été. Prochain rendez-vous le 13 septembre pour une fin de négociation prévue avant la fin de l’année. La CFDT avait envoyé ses propositions à l’employeur, dont voici le détail :

Élargissement de l’accès de la carrière maîtrise :

Cette carrière est aujourd’hui uniquement ouverte aux postes d’encadrant de proximité (équipes de fonctionnaires).

La CFDT souhaite ouvrir l’accès à cette carrière selon ces critères :

  • élargir la notion d’encadrement à la coordination de prestataires extérieurs ou d’intermittents pour reconnaître au même niveau toutes les formes de responsabilité hiérarchique ;
  • reconnaître les fonctions requérant une grande maîtrise technique ou une expertise professionnelle particulière comme c’est déjà le cas pour quelques postes (DDRE, Musée de Bretagne, DSI etc…).

Dans ce cadre et dans le cadre du plan d’action en faveur de l’égalité professionnelle qui prévoit que 75% des mesures concourent à réduire les écarts de rémunérations entre les femmes et les hommes, nous souhaitons que cet élargissement concerne des métiers fortement féminisés. Par exemple, le décret récemment paru sur les ASEM doit permettre d’ouvrir des perspectives nouvelles de déroulements de carrières. De même, une réflexion autour des métiers de la filière médico-sociale est nécessaire.

Déroulement de carrière et rémunération :

Nous souhaitons maintenir deux niveaux de postes d’agents de maîtrise, en maintenant une différence indemnitaire entre les postes classés niveau 1 et ceux classés niveau 2. Nous souhaitons supprimer la différence de déroulement de carrière, en appliquant, pour tous, les critères actuels des AM niveau 2 (critères statutaires). Cette modification permettrait de valoriser, dès l’embauche, la prise de responsabilité, en offrant une perspective d’évolution de carrière rapide vers le grade d’agent de maîtrise principal, grade qui marque une vraie différence avec la filière technique classique. Cette évolution permettrait de rendre à nouveau attractifs ces postes, y compris ceux de niveau 1.

Reconnaissance de l’évolution des missions :

Nous demandons un état des lieux précis des postes d’agents de maîtrise et l’accès à la catégorie B pour les agents dont les missions relèvent de cette catégorie par la définition de postes passerelles (recrutement en agent de maitrise et déroulement vers la catégorie B). Nous souhaitons définir une fréquence de révision de cet état des lieux.

Pour rappel, voici les conditions en vigueur :

  • Maintien d’une différenciation AM1 et AM2 par la carrière ET le régime indemnitaire.
  • Pas d’ouverture sur le grade de technicien sur le grade des AM2.
  • Pour les AM2, déroulement maintenu vers AMP aux critères statutaires (4 ans en AM)
  • Pour les AM1, déroulement vers AMP après 7 ans en AM (c’est-à-dire critères statutaires de 4 ans + 3 ans) ou 4 ans en AM et 52 ans avec la clause de sauvegarde. Pour rappel, le passage à AMP aujourd’hui n’est possible qu’avec 4 ans en AM et 52 ans.

La CFDT a revendiqué :

  • la suppression de la différenciation AM1/AM2 par la carrière et un régime indemnitaire significatif pour revaloriser ces métiers et les rendre à nouveau attractifs.
  • une révision des postes d’AM (1 et 2) pour identifier les postes relevant du grade de technicien.
  • une ouverture pour que des métiers à forte expertise dans certains secteurs accèdent à la maitrise. Par exemple, le décret récemment paru sur les ASEM doit permettre d’ouvrir des perspectives nouvelles de déroulements de carrières. Il en est de même pour des métiers de la filière médico-sociale. Cela permettrait aussi de réduire les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes.

 

Nous vous tiendrons informés, aussi n’hésitez pas à nous contacter.

Laisser un commentaire