Déjà pratiqué par près de 400 agents de manière régulière ou ponctuelle début 2020, le télétravail a vu sa demande croitre de manière forte avec le déconfinement progressif.

La crise sanitaire et le travail à distance imposé à de nombreux agents, ont changé les habitudes et réinterrogé les fonctionnements de nos collectivités.

Ce sont également les incidences sur la vie personnelle qui doivent être prises en compte, avec notamment l’application du droit à la déconnexion.

Malgré tout, la période de confinement a permis d’atténuer les doutes de certains responsables, qui ont pu constater que la continuité et qualité de service étaient assurées avec ce dispositif à distance.

La charte actuelle qui permettait jusqu’à 3 jours de télétravail par semaine a été amendée pour finalement limiter à 2 jours en raison des nombreuses demandes liées à la crise sanitaire en cours. Certaines directions souhaitent mettre en place dès à présent de nouvelles dispositions encore plus restrictives.

Des règles différentes d’accès au télétravail ne doivent pas être le reflet des craintes et défiances des managers. Elles doivent être partagées et discutées à l’intérieur des services et directions.

Ces changements ne peuvent être mis en place sans concertation avec les organisations syndicales et agents. Un groupe de travail les réunissant aura lieu en septembre pour réfléchir à l’évolution de ce mode de travail.

Les questions matérielles devront aussi être débattues, sans oublier le dispositif de semaine aménagée qui peut aussi constituer une alternative pour certains.

La CFDT tiendra toute sa place dans les échanges et les propositions qui seront faites.

Laisser un commentaire