La CFDT se retrouve dans cette démarche de reconnaissance des parcours des militants syndicaux. C’est un sujet que nous portons depuis de nombreuses années et nous sommes satisfaits que l’employeur ait démarré ce chantier qui doit permettre à nos militants de faire reconnaître leur engagement et les compétences acquises pour le mener à bien.

Nous souhaitons tout d’abord saluer la méthode mise en place, qui a permis un travail en commun productif avec  les différentes organisations syndicales. Le gros travail de synthèse et de mise en page mené par la mission Relations sociales rend cet outil très pratique et efficace.

Ce référentiel permet de reconnaître les compétences mises en œuvre au sein des sections locales

En les objectivant, il doit permettre aux militants de construire positivement leur évolution professionnelle et offrir le cas échéant une réintégration réussie.

Il manque toutefois dans ce référentiel les compétences acquises au titre de l’engagement syndical à d’autres niveaux, en-dehors de la section. Ce n’était pas forcément l’objet des ateliers mis en place. Les entretiens annuels sur la base du volontariat doivent permettre aux militants de faire connaître leurs responsabilités en dehors de la section locale. Nous espérons que ces missions moins connues de notre administration feront partie de l’évolution du référentiel dans les mois ou années à venir. 

D’une façon générale, la DRH devrait pouvoir s’inspirer de ces entretiens et des évolutions réglementaires afin de faire évoluer ce référentiel de compétences.

Ce référentiel est la première étape dans l’objectivation et la reconnaissance des compétences acquises dans les activités syndicales, nous souscrivons complètement également aux autres étapes à suivre de la démarche. Celles-ci permettront, nous l’espérons, à la fois aux militants syndicaux d’assurer pleinement et de façon sécurisée et donc sereine leurs engagements, nous l’avons dit, mais également de les faire reconnaitre par une évolution professionnelle, dont font partie les déroulements de carrière, en adéquation avec les compétences acquises et les responsabilités exercées, quelques fois bien éloignées des métiers et postes d’origine.

Rendre lisible et visible cette démarche de reconnaissance des compétences particulières liées à cet engagement doit permettre également de renforcer et mieux faire connaitre la fonction syndicale auprès des agents et services.

Laisser un commentaire