Edouard Philippe a présenté le plan de déconfinement de la France à partir du 11 mai 2020.

Le Premier ministre Edouard Philippe a présenté ce mardi 28 avril son plan de déconfinement pour la France à partir du 11 mai. Il annonce un déconfinement progressif et à la carte, département par département. Mais plusieurs mesures d’interdiction resteront en place jusqu’au mois de septembre.

« Voilà donc le moment où nous devons dire à la France comment notre vie va reprendre. » C’est ainsi que le Premier ministre a commencé son discours. Le confinement « a constitué une étape nécessaire », mais il pourrait « entrainer des conséquences délétères » s’il était prolongé « au-delà du strict nécessaire » estime Edouard Philippe. 

Devant l’Assemblée nationale, le Premier ministre a donc détaillé les mesures d’un déconfinement « progressif » à compter du 11 mai.
 

Un déconfinement à la carte, département par département

Dans une première phase qui ira du 11 mai au 2 juin, le déconfinement se fera ou non dans chaque département en fonction de 3 critères fixés par la direction générale de la Santé et Santé publique France :

  • Le taux de nouveaux cas sur les 7 derniers jours
  • Les capacités de prise en charge des services de réanimation
  • Les capacités de tests et de détection des chaines de contamination au niveau local

Dès le jeudi 7 mai, le directeur général de la Santé présentera chaque soir une carte des départements. Dans les départements verts, le virus ne circule pas de manière active, le déconfinement sera effectif. Dans les départements rouges, où la circulation du virus sera considérée comme active, les mesures resteront plus strictes.

« Nous préparons le 11 mai en surveillant tous les indicateurs département par département. Si à l’approche du 11 mai, les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai » explique Edouard Philippe.

En résumé 

  • Le déconfinement sera différencié entre les départements « vert », où il sera appliqué largement, et « rouge », où il prendra une forme plus stricte.
  • Trois critères ont été définis par la direction générale de la Santé et Santé Publique France pour différencier les départements en fonction de leur situation sanitaire.
  • Les autorités décideront le 7 mai quels départements sont classés « vert » ou « rouge » en vue du 11 mai.

Ce qui sera possible ou non le 11 mai

Il sera possible de se déplacer à moins de 100 kilomètres sans attestation. Mais l’attestation dérogatoire sera obligatoire pour les déplacements à plus de 100 kilomètres du domicile

Seuls les rassemblements de moins de 10 personnes seront autorisés sur la voie publique ou dans des lieux privés.

Les activités physiques et sportives individuelles seront possibles en plein air uniquement. « Il ne sera possible, ni de pratiquer du sport dans des lieux couverts, ni des sports collectifs ou de contacts. » Les salles de sport devraient donc rester fermées.

Les parcs et jardins ne pourront ouvrir que dans les départements ou le virus ne circule pas de façon active. Les plages fermées seront au public jusqu’au 1er juin.

Edouard Philippe appelle les seniors à la plus grande prudence, sans interdictions formelles de déplacement.
« Il faut qu’ils respectent des règles similaires à la période de confinement, en se protégeant, en limitant leurs contacts, et donc leurs sorties. (…) Il n’y aura plus de contrôle, plus d’attestation de sortie, mais je demande aux personnes les plus agées, les plus fragiles, de la patience. »

Les déplacements entre départements restent interdits

Les déplacements interdépartementaux restent prohibés a annoncé Edouard Philippe « pour des raisons évidentes de limitation de la circulation du virus ». Ils sont réduits aux seuls motifs professionnels ou familiaux impérieux. L’attestation dérogatoire de déplacement reste obligatoire pour les déplacements à plus de 100 kilomètres du domicile et pour ces seuls motifs.

La réservation sera obligatoire dans tous les trains. L’objectif reste de « décourager les déplacements entre départements ». Le weekend de l’Ascension ne doit pas être l’occasion de se retrouver en famille demande le chef du gouvernement.

Des transports réduits

L’objectif reste de réduire le recours aux transports. Sur cette question, les décisions sont « particulièrement ardues » reconnait le Premier ministre. « Les transports aux heures de pointe doivent être réservés à ceux qui travaillent » prévient le Premier Ministre.

Le port du masque sera rendu obligatoire dans tous les transports, métro, comme bus. Edouard Philippe demande aux entreprises de transport de s’organiser pour faire respecter les gestes barrière.

Les bus scolaires pourront circuler avec un siège sur 2. Le port du masque sera obligatoire pour les chauffeurs et les collégiens.

Reprise de la vie économique

Le télétravail doit être maintenu partout où c’est possible au moins dans les trois prochaines semaines. Il doit se poursuivre pour limiter le recours aux transports publics et  limiter les contacts. Là où le télétravail n’est pas possible, la pratique des horaires décalés en entreprise doit être encouragée.

Le dispositif d’activité partielle, « l’un des plus généreux d’Europe » précise Edouard Philippe, restera en place jusqu’au 1er juin. « Il faudra l’adapter ensuite » prévient le Premier ministre. Une réunion est prévue jeudi avec les partenaires sociaux.

Si les règles de distanciation physique ne peuvent pas être garanties, « le port du masque devra être mis en oeuvre »

Les commerces rouvriront à compter du 11 mai, sauf les cafés et restaurants. Dans les commerces, le nombre de personnes présentes sera limité pour permettre le respect des règles de distanciation. Le port du masque sera recommandé pour les personnels comme pour les clients. « Un commerçant pourra subordonner l’accès à son magasin au port du masque » précise E. Philippe.

La décision pour les cafés, bars et restaurants sera prise à la fin du mois de mai pour une réouverture éventuelle après le 2 juin.

Les marchés, dans lesquels l’interdiction est aujourd’hui la règle seront en général autorisés, sauf si les maires ou les préfets estiment qu’ils ne peuvent être organisés dans le respect des gestes barrière.

En revanche, les grands centres commerciaux pourraient rester fermés. « Les préfets pourront décider de ne pas laisser ouvrir les centres commerciaux de plus de 40 000 mètres carré qui risquent d’encourager des mouvements de population. »

Les « petits » lieux culturels rouverts le 11 mai

Les médiathèques, les bibliothèques, et les petits musées pourront rouvrir le 11 mai. En revanche, les grands musées, les cinémas, les théâtres, les salles de concerts resteront fermés. Dans le même esprit, les salles des fêtes les les salles polyvalentes resteront fermées jusqu’au 2 juin.

A plus long terme, les grandes manifestations sportives et culturelles réunissant plus de 5 000 personnes ne pourront se tenir avant septembre a annoncé le Premier ministre. La saison 2019-2020 des sports professionnels, notamment le football, ne reprendra pas avant l’été. 

Les lieux de culte

Les lieux de culte pourront rester ouverts « mais je crois légitime de demander de ne pas organiser de cérémonie avant le 2 juin » ajoute Edouard Philippe.

Les cérémonies funéraires seront possibles dans la limite de 20 personnes. Les cimetières seront rouverts le 11 mai.

Les mairies sont invitées à proposer un report des mariages.

Le plan de déconfinement devrait être voté par la seule majorité

Après le discours d’Edouard Philippe, le plan va faire l’objet d’un débat de 2 heures 30 avec les députés. 75 sont physiquement présents. Puis ce plan de déconfinement sera soumis au vote.

La majorité présidentielle risque d’être seule à voter le plan, fustigé d’avance par les oppositions de droite comme de gauche qui dénoncent un vote sous pression après avoir réclamé en vain 24 heures de réflexion supplémentaires.

Le chef de file des députés LR Damien Abad a affirmé mardi que « la droite ne voterait pas » et s’abstiendrait « massivement » sur ce plan qui selon lui « est dans le flou, dans l’incertitude, avec beaucoup d’injonctions contradictoires » qui « créent de l’anxiété et de l’angoisse chez les Français ». Certains députés LR « voteront contre », a-t-il précisé sur franceinfo. Ce vote restera consultatif.

Laisser un commentaire