revendications cfdt

Elections fonction publique 2022 : Pourquoi avez-vous intérêt à voter CFDT ?

Ici, vous trouvez tout ce qu’il faut savoir sur les élections professionnelles de la fonction publique qui ont lieu du 1er au 8 décembre 2022

Pourquoi voter CFDT ?

Voter CFDT c’est voter pour un syndicat qui vous place au cœur de ses revendications :

  • En étant à votre écoute et une force de propositions
  • En défendant vos droits et vos intérêts
  • En alertant l’administration sur vos difficultés
  • Fidèles à nos valeurs nous soutiendrons les projets ayant un impact positif sur votre quotidien

Voter CFDT c’est bénéficier de la force du premier syndicat de France

Wingz

Comment la CFDT vous représente ?

Wingz

Qui seront vos élus ?

Vos élus font partie d’un réseau de militants CFDT représentatifs au sein de la ville de Rennes, Rennes Métropole et de son CCAS.

Les représentant·es CFDT vous consultent et vous accompagnent sur votre quotidien et vos missions, et font des propositions, défendent vos intérêts dans les instances représentatives.

Quels sont les engagements de vos élus CFDT ?

Quels sont nos revendications pour ce prochain mandat ?

Ils donnent leur avis sur :

  • Le fonctionnement, l’organisation des services, et les projets immobiliers
  • Les projets de lignes directrices de gestion (mobilité et promotion, valorisation des parcours professionnels)
  • Le projet de plan d’action relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, handicap
  • Les plans de formation,
  • la participation du ministère à la protection sociale complémentaire des personnels,
  • Les textes relatifs au temps de travail, au télétravail, le droit à la déconnexion …
  • Les règlements et consignes en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail,

Ensemble nous irons plus loin

Rejoignez nous !

RÉFORME DES RETRAITES – TRACT « 65 ANS, C’EST NON ! »

Après avoir fait planer le doute sur l’introduction d’une mesure d’âge dans le Projet de loi de financement de la sécurité sociale, c’est finalement le choix d’une concertation qui a été fait.

Tout en affirmant son opposition aux 65 ans, la CFDT s’engage avec détermination dans cette concertation qui devrait aboutir à un projet de loi début 2023.

SEGUR : Suite des décrets relatifs au CTI, pour la CFDT le compte n’y est toujours pas !

Communiqué de presse publié le 27 octobre 2022 par la fédération Interco CFDT suite au CSFPT du 26 octobre 2022.

La CFDT a beaucoup œuvré sur le Ségur et ses différentes transpositions à la territoriale. Pour autant, ce dispositif trop complexe, manque de lisibilité.

Même si le Gouvernement a tenu sa promesse de transformer la prime de revalorisation en CTI avec rétroactivité au 1er avril 2022, il y a encore trop d’exclus et la CFDT continue de revendiquer l’intégration de l’ensemble des personnels du social et du médico-social dans le dispositif CTI. Plutôt qu’une mesure ciblée sur les grades ou les missions exercées à titre principal, la CFDT réclame l’attribution de ce CTI (un peu plus de 189 euros augmentation du point d’indice inclus) pour l’ensemble des agents travaillant dans les établissements et les services concernés par le périmètre du décret.

Un projet de décret excluant les médecins territoriaux qui n’auront droit qu’à une prime.

En effet, les médecins des établissements médico-sociaux pourront uniquement bénéficier d’une prime facultative et non d’un CTI. Outre la rupture d’égalité de traitement, la CFDT dénonce les conséquences inévitables qui seront induites par ces dispositions : désertion des médecins dans ces établissements, glissement de tâches sur les autres personnels (infirmiers, sages-femmes, etc.) et de fait, une dégradation du service rendu aux publics les plus fragiles.

Pour toutes ces raisons, la CFDT a voté un vœu du conseil supérieur de la fonction publique territorial (CSFPT) du 26 octobre 2022, rappelant la revendication de ne laisser personne au bord du chemin. La CFDT ne lâchera rien que ce soit pour le CTI ou les rémunérations.

Marie Mennella
Secrétaire nationale

Qu’est-ce qu’un vœu en conseil supérieur de la FPT ?
Les membres du CSFPT peuvent proposer des vœux portant sur tout ou partie d’un texte présenté à leur examen pour avis par le Gouvernement. Ces vœux sont adoptés à la majorité des membres votants et annexés au texte auquel ils se rapportent. L’objectif est qu’ils soient ainsi entendus et pris en compte. À titre d’exemple, la suspension du jour de carence durant la période de crise sanitaire liée à la Covid-19 avait fait l’objet d’un vœu unanime du CSFPT.

Retour sur la mobilisation en faveur de la petite enfance du 6 octobre 2022 « pas de bébés à la consigne »

Cliquez sur le lien ci-dessous pour retrouver en vidéo un résumé de la mobilisation :

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FCfdtRennesMetropole%2Fposts%2Fpfbid025AGx2bNynzQfe255fpdA7Kfx11NBvbBh1kYQFKarANiYKVsc3kHXQSrcRCi8RUYRl&show_text=true&width=500

Le Parlement européen adopte la directive sur des salaires minimaux adéquats

© Frédéric Maigrot/RÉA

Un pas de plus pour l’Europe sociale. Le 14 septembre, le Parlement européen a voté en faveur de l’adoption de la directive sur les salaires minimaux adéquats dans l’Union européenne. Un espoir pour près de 25 millions de travailleurs européens, qui pourraient voir leur salaire augmenter. Mais aussi, incontestablement, « une victoire pour le mouvement syndical européen », réagit Laurent Berger, le président de la Confédération européenne des syndicats (CES). Ce vote intervient après l’accord politique conclu sur ce texte entre le Parlement et le Conseil de l’UE, le 7 juin dernier. Pour être appliquée, cette directive doit maintenant être formellement adoptée par le Conseil européen, courant septembre. Les pays européens disposeront ensuite de deux ans pour la transposer dans leur droit national.

Aujourd’hui, le Parlement européen a voté en faveur de l’adoption de la directive sur des salaires minimaux adéquats dans l’UE. C’est une victoire pour le mouvement syndical européen @etuc_ces et une bonne nouvelle pour les travailleurs européens @VisentiniLuca @EstherLynchs— Laurent Berger (@CfdtBerger) September 14, 2022

Tweet de Laurent Berger, président de la Confédération européenne des syndicats

Dans le détail, la directive invite les États membres à promouvoir et soutenir la négociation collective, et à s’assurer de l’adéquation entre les salaires minimaux légaux et le coût de la vie. « Cette directive nous donnera les outils pour relancer la négociation collective et de meilleurs salaires en France et en Europe », rappelait le président de la CES. Une étape essentielle pour parvenir à « une convergence européenne vers le haut et mettre fin au dumping social ».

Le socle européen des droits sociaux, plus qu’un slogan

« L’Europe a franchi une étape importante vers l’élimination des salaires de misère », complète la CES. Alors que l’Union européenne est touchée par une crise de l’énergie sans précédent et fait face à une inflation galopante, il s’agit d’une bonne nouvelle pour les travailleurs européens. « Nous exhortons maintenant les ministres à signer cette directive afin que les travailleurs puissent commencer à en ressentir les avantages dès que possible, insiste Esther Lynch, secrétaire générale adjointe de la CES. La directive concrétise le socle européen des droits sociaux et démontre que le socle est plus qu’un slogan politique. »

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 16/09/2022 à 07h16

À PROPOS DE L’AUTEURGuillaume Lefèvre

Journaliste