mobilisation

Retour sur la mobilisation en faveur de la petite enfance du 6 octobre 2022 « pas de bébés à la consigne »

Cliquez sur le lien ci-dessous pour retrouver en vidéo un résumé de la mobilisation :

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FCfdtRennesMetropole%2Fposts%2Fpfbid025AGx2bNynzQfe255fpdA7Kfx11NBvbBh1kYQFKarANiYKVsc3kHXQSrcRCi8RUYRl&show_text=true&width=500

Les crèches en pénurie : Les bébés à la consigne !

Journée de grève et de mobilisation nationale
JEUDI 6 OCTOBRE Dans toute la France !
RDV à 10h devant l’hotel du département 1 avenue de la préfecture à Rennes

Contre la grande braderie de l’accueil des tous petits, la CFDT et le collectif Pas de bébés à la consigne partageant le professionnalisme des agents des EAJE appellent les professionnel·les de la petite enfance à se mobiliser.

UN SECTEUR OUBLIÉ DES POUVOIRS PUBLICS

Le 29 juillet dernier paraissait un arrêté autorisant des non professionnel·les à exercer dans les modes d’accueil du jeune enfant.

Pourquoi sommes-nous pas d’accord ? D’abord parce que ce texte vient définitivement entériner la réforme des modes d’accueil contre laquelle nous avons lutté pendant trois ans avec le collectif Pas de Bébés à la Consigne. Parce qu’il vient dire officiellement que l’accueil de la petite enfance, tout compte fait, ce n’est pas si compliqué puisqu’il ne faut pas de formation !

LA CFDT REVENDIQUE POUR CE SECTEUR

  • La revalorisation des grilles et salaires
  • Des formations qualifiantes et diplômantes
  • L’amélioration des perspectives de carrière

De meilleures conditions de travail avec une qualité d’accueil garantie par
1 professionnel·le pour 5 enfants et par au moins 50% de professionnel·les les plus qualifié·es en crèche

LA CFDT AGIT POUR LES PROFESSIONNEL·LES

Contre la grande braderie de l’accueil des tous petits, la CFDT et le collectif Pas de bébés à la consigne partageant le professionnalisme des agents des EAJE appellent les professionnel·les de la petite enfance à se mobiliser.

Lettre envoyée aux élus le 29 août dernier :

Suite à l’appel de l’intersyndicale (CFDT, SUD, CGT, UGICT, UNSA): Mobilisation des agents pour défendre leur pouvoir d’achat

En cette période d’inflation des prix, une centaine de fonctionnaires territoriaux ont manifesté ce vendredi à Rennes pour exiger une revalorisation de leurs rémunérations, chèques déjeuners compris.

La grève des agents territoriaux qui, face à l’inflation, veulent une augmentation de leur point d’indice, « gelé depuis dix ans », commentent les syndicats, ainsi qu’une révision de leur régime indemnitaire (les primes) et des chèques déjeuners.

L’intersyndicale a été reçue dès le jeudi 9 juin veille de la mobilisation : Voici les infos à chaud :

La première revendication dépend de l’État. Les deux autres de la collectivité qui les emploie. C’est pourquoi, à l’appel de l’intersyndicale (CFDT, CGT, Sud Solidaires et Unsa), une centaine d’agents ont manifesté devant le siège de Rennes métropole, ce vendredi en fin de matinée.

6 500 agents concernés

Au-delà des écoles, plus de 6 500 fonctionnaires territoriaux de Rennes, Rennes métropole et du Centre communal d’action sociale sont concernés. « Notre chèque-déjeuner d’une valeur de 7 € est financé à 53 % par la collectivité qui nous emploie, nous demandons que sa contribution soit portée à 60 %, compte tenu de l’inflation, ainsi qu’une augmentation de la valeur faciale à 8 € », expliquent les délégués syndicaux. Ils demandent aussi une baisse du tarif des cantines, accessibles aux agents, pour porter le prix des repas à 3,20 € au lieu de 4,70 €.

L’intersyndicale a été reçue, jeudi 9 juin 2022, par Emmanuelle Rousset, élue aux ressources humaines, qui comprend ces revendications et demande au gouvernement de « donner une visibilité aux employeurs locaux sur le niveau de la revalorisation du point d’indice ». Laquelle aura une incidence « sur les finances de nos collectivités ». Alors seulement « des discussions pourront s’engager avec les organisations syndicales sur le pouvoir d’achat ».

Source extraite : Ouest-France Laurent LE GOFF.

Publié le 10/06/2022 à 16h48

Mobilisation le 10 juin 2022 pouvoir d’achat : Vivre ou survivre ?

Rassemblement le 10 juin à partir de 11h

Devant l’Hôtel de Rennes Métropole (métro Clemenceau)

Nous revendiquons avec vous :

– La revalorisation du chèque déjeuner,

– L’augmentation significative du RIFSEEP

Énergie, carburant, prix alimentaires… tout augmente, sauf les salaires !

Le Ministre de l’Économie nous l’a dit : « le travail doit payer ». Bien ! Faut-il lui faire confiance pour augmenter significativement le traitement des fonctionnaires et des contractuels ? On en doute…

Ce qui paye, c’est une négociation à tous les niveaux, locale et nationale, avec des organisations soutenues par une mobilisation massive des agents de la Fonction Publique et de tous les salariés.

Sans cette mobilisation, il faudra continuer de se serrer la ceinture !

 Lors de nos passages, de nos assemblées générales, les organisations syndicales ont entendu la souffrance des agents. La CFDT, SUD, CGT et CGT / UGICT et l’UNSA ont décidé de se constituer en intersyndicale, de déposer un préavis de grève et d’organiser un

POUVOIR D’ACHAT : LA CFDT PLUS QUE JAMAIS MOBILISÉE !

L’ensemble des agents publics subissent l’inflation et seule une hausse de la valeur du point accompagnée d’une révision en urgence des grilles est de nature à̀ répondre aux conséquences de l’inflation.

La CFDT interpellera le nouveau Gouvernement dès qu’il sera connu. Elle fera connaitre ses revendications pour les agents publics !