dialogue social

Nouveau quinquennat : la CFDT pose ses exigences

“Montrez que vous savez être à l’écoute…” Alors que le résultat de l’élection présidentielle révèle une France profondément fracturée, la CFDT appelle Emmanuel Macron à ouvrir rapidement des espaces de dialogue et à prendre à bras-le-corps les problèmes de la société. Afin d’engager la discussion, elle présente quinze revendications.

image
Syndhebdo

58,54 % pour le Président sortant au deuxième tour. Passé le soulagement de ne pas voir le Rassemblement national remporter l’élection présidentielle, ce résultat retentit comme un énième signal d’alarme. Élection après élection, l’extrême droite progresse, surfant sur un mal-être social ambiant et le rejet du « système » par une partie de la population qui ne se reconnaît plus dans les candidats dits modérés ou de gouvernement. Une nouvelle fois, Emmanuel Macron a donc été élu avec le soutien de nombreux citoyens qui voulaient avant tout éviter l’accession au pouvoir de l’extrême droite.

« Je sais aussi que nombre de nos compatriotes ont voté ce jour pour moi, non pour soutenir les idées que je porte mais pour faire barrage à celles de l’extrême droite. Je veux ici les remercier et leur dire que ce vote m’oblige pour les années à venir », a d’ailleurs reconnu le Président lors de son discours à la tour Eiffel à l’issue du deuxième tour.

Quinze sujets, quinze urgences

La CFDT – qui s’est mobilisée dès le 10 avril pour faire barrage au Rassemblement national en appelant à voter Emmanuel Macron – le prend à présent au mot. Et pose sur la table ses quinze premières revendications. Quinze sujets sur lesquels la CFDT est prête à engager des discussions sans attendre. L’évolution des grilles de salaires et des minima sociaux, la révision des ordonnances travail, la formation des seniors et des personnes en reconversion, les retraites ou encore l’investissement dans la santé constituent les axes essentiels de ses revendications… car les attentes sont nombreuses. « Nous avons besoin de réponses immédiates ! Montrez que vous savez être à l’écoute », interpelle ainsi la CFDT, qui entend obtenir de l’exécutif un changement de méthode lors du quinquennat à venir.

Tract des quinze revendications CFDT pour le nouveau quinquennat du Président Macron
Tract des quinze revendications CFDT pour le nouveau quinquennat du Président Macron© InfoCom CFDT

Grand rendez-vous social

Laurent Berger l’a d’ailleurs réaffirmé dans une tribune publiée dans Le Monde daté du 27 avril, dans laquelle il interpelle directement Emmanuel Macron. « Monsieur le président, vous ne pourrez pas relever ces défis tout seul. Convoquez dès aujourd’hui une rencontre avec les partenaires sociaux et les grandes associations. Appelez-la comme vous voulez – conférence, Grenelle, convention… –, mais lancez dès maintenant ce grand rendez-vous social pour changer de méthode et associer le plus grand nombre à la co-construction des décisions. »

Alors que le candidat Macron promettait il y a quelques jours encore une présidence moins verticale, espérons que le Président réélu n’oublie pas cet engagement de campagne. À présent, la CFDT attend des actes. « Notre appel est ferme mais constructif : entendez-le !, conclut Laurent Berger dans sa tribune. Il ne peut y avoir de démocratie sans démocratie sociale. »

Dans une tribune parue dans le journal « Le monde » le 27 avril 2022, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, appelle Emmanuel Macron à convoquer un « grand rendez-vous social » avant ses décisions futures.

Enquête sur les pratiques du dialogue social au sein des intercommunalités

L’association Réalités du dialogue social https://www.rds.asso.fr/ a pour vocation, comme son nom l’indique, de promouvoir le dialogue social et de témoigner de son utilité dans la vie économique, sociale et sociétale. Réunissant près de 200 membres issus des entreprises, des structures publiques, des organisations syndicales d’employeurs et de salariés représentatives au plan national (CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU…) elle offre un lieu de partage pour échanger librement hors des champs de négociation.

Enquête sur les pratiques du dialogue social au sein des intercommunalités

Par ailleurs, suite à l’ordonnance n°2021-174 du 17 février 2021 relative à la négociation collective pour favoriser la conclusion d’accords collectifs entre les employeurs publics et les organisations syndicales représentatives, nous nous attacherons à analyser spécifiquement les thématiques donnant matière à des concertations et/ou des négociations.

Plus globalement, ces questionnements devraient permettre de dresser une typologie de la culture du dialogue social au sein des structures de coopération intercommunale en fonction de leurs caractéristiques, leur histoire, leur organisation territoriale…

Afin de collecter les points de vue et les expériences des deux parties principales du dialogue social dans les intercommunalités, Réalités du dialogue social s’appuie d’une part sur l’Association des Directeurs Généraux des Communautés de France, pour une diffusion du questionnaire dans le réseau des DGS, et d’autre part sur les organisations syndicales pour sonder les représentants du personnel.

Ce questionnaire comprend trois parties : nature du dialogue social au sein de l’intercommunalité, son rôle depuis le début de la pandémie et votre perception de la loi n°2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique et de sa mise en œuvre – et demande de ce fait un temps moyen de renseignement de 20 mn.

Nous vous remercions par avance du temps que vous y consacrerez car l’exhaustivité de vos réponses nous permettra de rendre compte de la réalité du dialogue social dans les intercommunalités.

Enquête sur les pratiques du dialogue social au sein des intercommunalités

L’association Réalités du dialogue social https://www.rds.asso.fr/ a pour vocation, comme son nom l’indique, de promouvoir le dialogue social et de témoigner de son utilité dans la vie économique, sociale et sociétale. Réunissant près de 200 membres issus des entreprises, des structures publiques, des organisations syndicales d’employeurs et de salariés représentatives au plan national (CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU…) elle offre un lieu de partage pour échanger librement hors des champs de négociation.

Enquête sur les pratiques du dialogue social au sein des intercommunalités

Cette enquête a pour objectif d’examiner la façon dont s’organise le dialogue social dans les communautés et les métropoles, ses objets, ses résultats et ses apports afin d’en dégager les bonnes pratiques mais aussi les écueils et difficultés. Il s’agira aussi d’identifier si le dialogue social a constitué un levier pour assurer la continuité des services publics depuis le début de la pandémie covid-19, permettant le cas échéant d’élaborer des pistes méthodologiques.

Par ailleurs, suite à l’ordonnance n°2021-174 du 17 février 2021 relative à la négociation collective pour favoriser la conclusion d’accords collectifs entre les employeurs publics et les organisations syndicales représentatives, nous nous attacherons à analyser spécifiquement les thématiques donnant matière à des concertations et/ou des négociations.

Plus globalement, ces questionnements devraient permettre de dresser une typologie de la culture du dialogue social au sein des structures de coopération intercommunale en fonction de leurs caractéristiques, leur histoire, leur organisation territoriale…

Afin de collecter les points de vue et les expériences des deux parties principales du dialogue social dans les intercommunalités, Réalités du dialogue social s’appuie d’une part sur l’Association des Directeurs Généraux des Communautés de France, pour une diffusion du questionnaire dans le réseau des DGS, et d’autre part sur les organisations syndicales pour sonder les représentants du personnel.

Ce questionnaire comprend trois parties : nature du dialogue social au sein de l’intercommunalité, son rôle depuis le début de la pandémie et votre perception de la loi n°2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique et de sa mise en œuvre – et demande de ce fait un temps moyen de renseignement de 20 mn.

Nous vous remercions par avance du temps que vous y consacrerez car l’exhaustivité de vos réponses nous permettra de rendre compte de la réalité du dialogue social dans les intercommunalités.

INTERSYNDICALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE – COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 7 JANVIER 2021

Projet de décret comités sociaux territoriaux : la Gouvernement ne veut pas d’un dialogue social de qualité à la territoriale.

L’ensemble du CSFPT employeurs et organisations syndicales rejette ce texte et demande à être entendu.

Le Gouvernement a présenté devant le CSFPT du 17 décembre 2020 un projet de décret relatif aux Comités Sociaux Territoriaux et aux Formations Spécialisées en Santé Sécurité au Travail, qui a été rejeté à l’unanimité par les deux collègues de cette instance -Employeurs et Syndicats.
Le projet a donc été réexaminé en formation spécialisée sans que nos demandes communes n’aient été prise en compte dans la nouvelle rédaction du texte.
En toute logique les organisations syndicales ont donc représenté tous les amendements n’ayant pas été intégrés.
Ces amendements, souvent techniques, permettent d’améliorer le travail des futures instances notamment sur la possibilité d’avoir 2 suppléants par titulaire au lieu d’un pour les membres du Comité Social Territorial et pour la FS Santé Sécurité au Travail.
Madame la Ministre a été saisie de cette demande conjointe d’intégration de ces amendements (voir lettre jointe au communiqué, téléchargeable en haut de l’article).
La séance de jeudi sera donc un test pour le Gouvernement, dont on pourra juger par les actes si la méthode a vraiment changé.
L’intégration de ces amendements par le Gouvernement lors du prochain CSFPT, serait la preuve de la considération qu’il porte au dialogue social entre représentants des employeurs et des personnels territoriaux et de la promesse de la Ministre de prendre en compte les spécificités de la Fonction Publique Territoriale.

Déclarations CFDT du Comité Technique du 16 décembre 2020

Retrouvez ci-dessous nos déclarations au format PDF concernant les sujets suivants :

Intervention préalable de début de séance :

Point  2 : Pôle Ressources – Direction des Ressources Humaines – mission Dialogue Social : Lignes directrices de gestion : construction des politiques RH et de l’Agenda Social 2021-2023 : point d’étape

Point  3 : Direction Générale des Services – CoProD / Pôle Ressources – Direction des Ressources Humaines – mission Temps de Travail : Télétravail : point d’étape

Point  4 : Pôle Ressources – Direction des Ressources Humaines – Service Paie Carrière Prestations : expérimentation de la rupture conventionnelle

point  5  : Pôle Ressources – Direction des Ressources Humaines – Service Paie Carrière Prestations : Poursuite de la mise en place du régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’expérience professionnelle (RIFSEEP Médico social) à la Ville de Rennes, Rennes Métropole, CCAS de Rennes, Caisse des Écoles de Rennes.

point 6 : Direction Générale des Services – Pôle Ingénierie et Services urbains – Direction Voirie – Éclairage public et Signalisation lumineuse : organisation du service

Pour toutes infos complémentaires contactez nous au 02.23.62.24.61

ou

Par mail : cfdt@rennesmetropole.fr

Carton Rouge 1607h !

Téléchargez notre Tract en PDF ci dessous :

En plus de notre Tract, voici ci-dessous le PDF, complément d’informations dont vous aurez besoin afin de mieux appréhender ce sujet Temps de Travail :

La communication tonitruante de l’administration, 1h après la fin de la première réunion de présentation aux organisations syndicales du 12 novembre, fait beaucoup parler mais suscite surtout beaucoup d’inquiétudes et d’interrogations chez les agents.

De quoi parle-t-on ?

La loi de transformation de la fonction publique de 2019 met fin aux régimes dérogatoires (congés exceptionnels) et oblige les employeurs à appliquer une durée minimale effective de travail de 1607h, à compter du 1er janvier 2022.

Calcul Théorique

A quoi correspondent ces 3,5 jours qui doivent nous être retirés avec cette loi ?

Ce sont les congés exceptionnels  acquis des précédents mandats :

  1. la journée du maire +
  2. la journée du président +
  3. la journée « Don du sang » +
  4. la ½ journée braderie

Pour la CFDT, beaucoup d’agents font déjà 1607h (voire au-delà)

Travailler plus tous les jours ?
Comment seront pris en compte tous les temps travaillés mais non comptés ou récupérés ?
Disposera-t-on d’une pointeuse ?

Pour les métiers reconnus pénibles, des dispositifs sont prévus par la loi pour « alléger » l’application des 1607h, mais des interrogations demeurent : quels métiers sont considérés comme pénibles ?

Comment freiner l’usure avec cette suppression des congés exceptionnels ?

La CFDT demande plus de transparence et d’association à ce travail d’état des lieux sur tous les temps de travail.

Pour la CFDT, la qualité du service public rendu doit primer sur l’amplitude d’ouverture au public.

Pour la CFDT, davantage de temps de travail = davantage de droits

Plus de formation, accès encore plus facile au télétravail,…

L’harmonisation du travail du dimanche, jours fériés et samedi doit se faire par le haut. L’équité ne doit pas se faire au détriment des droits acquis.

L’employeur ne doit pas confondre timing serré et méthode rouleau compresseur !